Performance et intelligence collective

Par Sylvie CHAMORRO

La performance n’est pas liée qu’à la productivité : comme le succès, elle dépend largement de l’intelligence émotionnelle.

Par Gaëlle Brunetaud-Zaïd

Un commercial performant mais colérique, un collaborateur ronchon qui sape le moral de toute une équipe, un autre qui devient, sans qu’on comprenne pourquoi ni qu’on sache quoi faire, le bouc émissaire sur lequel tout un groupe défoule la pression, un expert irremplaçable mais « asocial », un manager tyrannique ou agressif, …

Toutes ces situations, qui mettent en péril la performance de l’entreprise, ont un point commun : une tension dans les relations. Partant du postulat que ces hommes et ces femmes ne sont pas des monstres, mais des personnes qui ont choisi, pour répondre à un besoin inexprimé, une stratégie inadéquate, nous proposons une solution redoutable de simplicité et d’efficacité : celle de la communication non violente.

Développer son intelligence émotionnelle, ça passe par quoi ?

Développer son intelligence émotionnelle, cela ne signifie pas pour nous « prendre le contrôle de ses émotions », mais les prendre pour ce qu’elles sont : des indicateurs fiables pour appréhender les événements, détecter les signaux faibles, déceler ce qui est en jeu et ce que nous devons revoir, négocier, travailler pour nous développer des relations fructueuses, bonnes pour nous, bonnes pour l’entreprise et bonnes pour les autres.

Comment faire pour développer son intelligence émotionnelle ?

Toute tension déclenche en nous un mécanisme de réponse quasi automatique, qui génère une réponse rapide pour faire face à l’inconfort que nous vivons. La communication non violente propose de faire un pas de côté, de prendre un temps de recul pour comprendre ce qui se passe en nous et ce dont nous avons vraiment besoin afin de trouver des solutions créatives, constructives et durables.

Qu’est ce qui fait qu’une approche si simple fonctionne si bien ? Quelques facteurs « discrets » :

Une posture particulière qui offre la sécurité, l’empathie et l’accueil nécessaire à l’expression et à la fluidification des relations, et, par-là, à la résolution des tensions. Cette posture est moins une question de méthode que d’intelligence émotionnelle et d’expérience de la vie.

Une maîtrise de la communication non violente, plus encore vécue dans sa philosophie qu’utilisée comme un outil : les parties prenantes en sentent la sincérité et la profondeur : ils en font l’expérience pour eux, l’intègrent et peuvent, à leur tour, en faire profiter d’autres. La communication non violente agit ainsi par contagion, pas par persuasion.

Une aptitude à regarder les problèmes et les personnes autrement, dans toutes leurs dimensions, dans toute leur complexité, au-delà des stéréotypes qui leur sont souvent affublés. Ca prend très peu de temps, il s’agit “juste” de faire un pas de côté, c’est l’un des moyens de susciter des discussions constructives, de stimuler l’intelligence collective et de trouver des solutions créatives.

Pourquoi tenter l’expérience d’une communication claire, efficace, constructive ?

Traiter ainsi les tensions en entreprise permet de :

  • Augmenter la performance en augmentant l’engagement des collaborateurs et en levant les manœuvres contreproductives
  • Favoriser la transformation
  • Contribuer à stimuler l’intelligence collective, la créativité et l’innovation
  • Minimiser les risques psychosociaux..

Comment intervenons-nous ?

  • En coaching individuel, pour tirer le meilleur profit de ses émotions, gérer la pression, lever les tensions, créer de la valeur dans les relations
  • En médiation, pour régler un conflit, prévenir une crise
  • En atelier de groupe, pour transmettre des clés de communication directe, claire, ouverte et constructive
    En atelier de groupe, pour transmettre des clés de communication directe, claire, ouverte et constructive.

N’oublions pas qu’une action aux prud’hommes coûte en moyenne 3000 € de frais d’avocats et 20 K€ de pénalités. 80% des jugements rendus laissent pourtant les deux parties insatisfaites, alors qu’une médiation simple en satisfait au moins 60% d’entre eux. En matière de relation, la prévention a une valeur presque infinie !